Accueil / Stade 2.0 / L’impression 3D au service de la Coupe du Monde 2022

L’impression 3D au service de la Coupe du Monde 2022

Stade en cours de création pour le mondial 2022

Au cours des dernières décennies, la technologie d’impression 3D a été utilisée par les ingénieurs pour créer de nouveaux produits grâce à des processus novateurs. Récemment, ce domaine innovant s’est répandu de manière exponentielle notamment dans le monde du sport et plus particulièrement au Qatar.

Reuters Canada a nouvellement rapporté que les scientifiques de l’Université du Qatar sont en train de tester des modèles 3D-imprimés de stades de football pour voir s’ils peuvent supporter le climat désertique de l’Etat du Golfe. En raison des préoccupations concernant la chaleur estivale intense au Qatar, la Coupe du Monde 2022 sera pour la première fois organisée en fin d’année. Cependant, le Qatar éprouve encore des tempêtes de sable et des fortes chaleurs durant les mois d’hiver.

Saud Ghani, un professeur de génie de l’Université du Qatar, souhaite que les stades puissent supportés ces conditions climatiques extrêmes et soient utilisés bien au-delà du tournoi 2022. « Qatar wants venues that can be used all year. They don’t want white elephants ».

Ainsi, l’équipe de recherche a commencé à assembler les stades 3D-imprimés dont la création dure un mois. Les maquettes seront réalisées par la Stratasys Fortus 400mc, une machine haut de gamme dont le coût dépasse les 100 000 €. Afin de tester leur résistance, les modèles sont placés dans une soufflerie et sont soumis à différentes simulations d’aérodynamisme.

L’impression 3D n’est pas une première dans le monde du sport. De nombreuses entreprises d’équipementier sportif dont Adidas, ont commencé à intégrer cette technologie dans leur stratégie marketing. L’entreprise allemande permet aux consommateurs de créer des chaussures sportives ajustées à leurs pieds, points d’appuis et différentes courbes complexes du coureur grâce à l’analyse de leur course et l’impression 3D.

L’utilisation de technologies similaires afin d’évaluer la durabilité de ces nouveaux stades est impératif ! D’autant plus lorsque l’on sait que le coût d’une de ces enceintes sportives est estimé entre $8 et $10 millards.

Deux tests ont été réalisés pour les stades d’Al Bayt et d’Al Wakrah et un est en cours d’exécution pour le stade d’Al Thumama. Avec chaque test, le Qatar se rapproche de plus en plus du stade parfait.

Espérons que cette Coupe du Monde soit un succès et que ces stades puissent servir à de nombreux autres événements sportifs.

À propos Hugo Duffaut

Co-fondateur du blog www.session-sport.com et étudiant au #MBAMCI. Passionné de sport et de nouvelles technologies au service de la performance sportive. #Disruptive #Sportconnecté

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*